Transfert de la Flamme Sacrée de l'Arc de Triomphe à Verdun

objets-flammes-00006

Bref historique de la flamme du souvenir...

Dimanche 11 novembre 1923

À 18h, sous l'Arc de Triomphe en présence d'une foule considérable et d'un batailion du 5ème Régiment d'Infanterie, André Maginot, ministre de la Guerre, allume pour la première fois la Flamme du Souvenir qui depuis n'a pas cessé de brûler.

Un voeux exaucé

Les Anciens Combatlants, à peine sortis de cette terrible guerre, ne songent qu'à une chose, le rnoyen d'honorer leurs camarades tués au Champ d'Honneur, et dont ils viennent d'apprendre le chiffre : 1 400 000 morts. Certaines associations sous l'impulsion de Messieurs Binet-Valmer, De Jouvenel et Boissy, vont exiger du Gouvernement qu'un "Soldat inconnu" soit inhumé sous l'Arc de Triomphe, en mémoire de tous les morts de la Grande Guerre.
La cérémonie du choix du Soldat inconnu a lieu le 10 novembre 1920, dans la salle des fêtes de la citadelle souterraine de Verdun. À 15h en présence d'André Maginot, ministre des Pensions, le soldat Thin, du 132ème Régiment d'Infanterie, dépose un bouquet sur l'un des 8 cercueils contenant les restes non identifiés de soldats tués dans les 8 secteurs du front : Flandres, Artois, Somme, Marne, Chemin-des Dames, Champagne, Verdun , Lorraine. L' inconnu est alors transporté dans un premier temps au Panthéon, puis dans une salle du premier étage de l'Arc de Triomphe et le 28 Janvier 1921, il est inhumé à l'emplacement actuel sous la voûte de l'Arc de Triomphe.


Une idée lumineuse

C'est celle de Gabriel Boissy, ancien combattant et rédacteur en chef à l'Intransigeant, qui, pour rentrer tous les soirs chez lui, passe Place de l'Étoile, près du tombeau du Soldat Inconnu. Celui-ci lui paraît bien trop seul au milieu de cette grande place, et sa présence n'étant pas signalée an passant, pressent qu'un jour ou l'autre on finira par l'oublier. Gabriel Boissy pense donc tout naturellement à mettre une flamme qui serait celle du Souvenir des morts. Boissy n'eut aucun mal à faire admettre son idée, l'installation fut confiée à la Maison Brandt et le 11 novembre 1923 à 18 h, pour la première fois la Flamme du Souvenir était allumée.


Un cérémonial immuable

L'idée de Gabriel Boissy fut bientôt reprise par les Associations d'Anciens Combattants. Chaque 1er novembre, on allumait dans toutes les villes de France une flamme qui brillait jusqu'au 11 novembre. En effet, si dans l'immédiat après la guerre les cérémonies du 11 novembre revêtirent un éclat particulier avec défilés, banquets, et même bals, les Anciens Comhattants choisirent, pour honorer Ieurs morts, la date du 1er novembre qui coïncidait avec la Toussaint.

À Paris, Jacques Péricard, crée les vigiles de la Flamme, qui, chaque soir à 18h, sont chargés de la cérémonie de ravivage de la Flamme par une association d'Anciens Combattants. Un gardien est désigné, il se nomme Gaudin, grand mutilé de la guerre. Il assurera son service pendant 30 ans.

En 1938, à peine rentré de Munich, Daladier, lui-même ancien combattant de 14-18, veut resserrer les rangs des Anciens Combattants, et redonner confiance à ses camarades, dont il sait qu'il va devoir à nouveau compter sur eux.
Il organise le 11 novemhre une très importante cérémonie , où pour la première fois avec l'aide de la Fédération Française d'Athlétisme, la Flamme sera transportée par 225 athlètes, vers les 5 grandes nécropoles de la Grande Guerre : Royallieu près de Compiègne (88 km), Saint-Archeul (138 km), Châlons-sur-Marne (167 km), Notre-Dame-de-Lorette (190 km) et Douaumont (286 km).
C'est ainsi que le 13 novembre 1938 à 10h30, Leichtmann, champion de France de cross country embrase la vasque placée an pied de l'Ossuaire de Douaumont, en présence de la veuve du général Ancelin tombé au combat devant Douaumont le 24 octobre 1916.
En juin 1940, les Allemands pénètrent dans Paris, un convoi fonce sur I'Arc de Tmiomphe, où on officier de la Wehrmarcht souhaite hisser le drapeau à croix gammée. Grâce au courage et à l'obstination du Gardien de la Flamme, Gaudin, non seulement le drapeau à croix gammée ne fera jamais d'ombre au Soldat Inconnu, mais encore la traditionnelle cérémonie de ravivage aura lieu tous les soirs à 18h sans interruption. Aujourd'hui encore, à tour de rôle, les Associations d'Anciens Coinbattants ravivent la Flamme, et lorsqu'un personnage important est invité par la France, son premier geste est souvent d'aller s'incliner sur le tombeau du Soldat Inconnu.
Avec la disparition progressive des Anciens Comhattants de la Grande Guerme, les cérémonies du transfert de la Flamme ont disparu, seule la Ville de Verdun continue à perpétuer cette tradition, et le Comité de la Voie Sacrée et de la Voie de la Liberté qui, depuis 1980, ramène la Flamme sous forme d'un relais pedestre de Paris à Verdun, est fiers de pouvoir s'associer, au travers de l'effort physique, au maintien du Souvenir.

 

Le Vendredi 31 octobre 2014...

Cette année, le relais de la Flamme Sacrée a débuté le jeudi 30 octobre 2014 à 10h à l'Arc de Triomphe pour finir à Verdun le 1er novembre 2014 à 18h30, en passant par Mareuil le Port le vendredi 31 octobre à 2h55 !

La Flamme prélevée sur la tombe du soldat inconnu est transférée par 14 coureurs à pied, qui se sont relayés pour accomplir les 360km du parcours (Paris à Verdun).

Après relais de la flamme sur un flambeau, la cérémonie a été marquée par le chant de la Marseillaise et la pose de la flamme prêt de notre monument aux morts.

PA310191

PA310195   PA310199

PA310203

 

Blason

blason

Agenda

Septembre, 2019
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30